accueil > La presse en parle... > voyage au pays de psys

Voyage au pays des psys, un livre, une interview

 


À quoi correspond ce besoin d'aider, d'écouter l'autre ? Que se cache-t-il derrière la compassion ? Pourquoi fait-on le choix d'être confronté à la souffrance d'autrui ? Est-il possible de s'en protéger ? Pourquoi devient-on psy ?

Qui n'a jamais rêvé de connaître ce qui se passe dans la tête d'un psy ? De savoir comment il terminait ses journées après avoir écouté la souffrance de ses patients ? De comprendre comment il gérait ses propres difficultés ? Puisque la psychanalyse est le royaume de la parole, il fallait bien qu'un jour les psys parlent d'eux, de leur manière de pratiquer, de leur regard sur les patients, de leurs responsabilités et même de leur rapport à l'argent.

Pour la première fois, les plus grands d'entre eux, Brazelton, Boris Cyrulnik, Michèle Freud , Gérard Miller, Marcel Rufo, David Servan-Schreiber , Caroline Thompson, Serge Tisseron, Jean-Pierre Winter... ont accepté de dire les raisons de leur engagement, leur cheminement, leurs fêlures, et leur passion pour ce métier épuisant et passionnant qui a littéralement transformé leur vie avant d'éclairer la nôtre

Isabelle Giordano,. Pourquoi ce livre ?
Une de mes amies psychologue m'a dit un jour, "On ne devient jamais psy par hasard". Cette phrase est restée dans ma tête et j'ai eu envie de savoir qui se cachait derrière ces personnes et cette profession mystérieuse. Ce qu'ils vivent, comment ils voient leur patient, comment ils exercent leur métier... C'est vrai qu'on ne m'attend pas forcément sur ce registre, mais vous savez, j'ai d'autres passions en dehors du cinéma (rires).

Qui avez-vous interviewé ?
Des psychanalystes, des psychologues et des psychiatres. Certains sont d'illustres inconnus, d'autres sont très médiatisés comme Gérard Miller ou David Servan Schreiber. Il y a même un entretien avec l'arrière-petite-fille de Sigmund Freud !

La surmédiatisation a tendance à en faire des monstres sacrés. Ce livre montre qu'ils sont des êtres de chair et de sang avec leurs doutes et leurs faiblesses.

Comment expliquer cet engouement pour tout ce qui relève du psy ?
Dans son entretien, Caroline Thompson dit, "cela correspond à un moment donné de notre histoire". Notre cellule familiale se rétrécit, on parle moins à nos grands-parents, à nos parents... Nous vivons dans un monde très individualiste. Il y a un besoin de parole évident qu'il ne faut surtout pas nier. Ecouter, soulager, soigner, les psys ont leur rôle à jouer. Le risque c'est d'en faire des icônes !
David Servan Schreiber, confie "tous les psys que j'ai rencontré ont eu un environnement familial chaotique".
Dans tous les cas, lorsque j'ai posé la question pourquoi êtes-vous devenus psy, j'ai vraiment eu l'impression de toucher à des choses très intimes et presque taboues.

Pour Michèle Freud, porter ce nom n'a pas toujours été facile . Elle est l'arrière-petite-fille de Sigmund Freud. Juriste pendant dix ans, elle a ensuite opéré une reconversion soudaine vers la psychothérapie. Elle est aujourd'hui psychothérapeute et sophrologue, spécialiste réputée de la gestion du poids et du stress. Elle est l'auteur de plusieurs livres sur ces thèmes.

Michèle Freud a longtemps hésité avant d'accepter cet entretien, car elle ne parle jamais de son ascendance familiale. Pour elle, l'interview n'est pas une chose anodine. Sans doute parce que son cheminement vers la psychanalyse ne fut pas tracé d'avance. Elle a finalement profité d'un court séjour parisien pour répondre à mes questions. L'interview se déroule dans le bar d'un grand hôtel, en compagnie de sa fille, une adolescente très attentive à cette histoire, puisqu'elle l'entend et la découvre aujourd'hui dans ses recoins...